VOXX « Tout savoir sur le vêtement professionnel »

Oct 31, 2018

(english version below)

Mardi 23 octobre, nous avons eu le plaisir d’accueillir Marc Uhry au Laboratoire du Service pour animer une Conférence VOXX (Voix d’ouverture d’expertise et d’excellence).

Le philosophe-expert en droits de l’homme auprès de l’ONU et ancien directeur de la Fondation Abbé Pierre en Europe nous a fait joie de sa venue afin de nous parler du vêtement professionnel ; thématique très importante pour nos étudiants qui portent d’ores et déjà leurs nouveaux uniformes.

C’est avec humour et rempli d’anecdotes historiques et actuelles que Marc nous raconte l’origine, le rôle, l’importance et la place du vêtement professionnel :

Il débute la conférence par la définition du rôle du vêtement au Moyen-Age :

« Les vêtements vont être un élément de distinction des groupes sociaux entre eux. Des corporations qui régissent la vie collective (maçon, boucher et cuisiniers) et qui ont des vêtements qui distinguent leur rang social et qui organisent leur protection. »

Selon Marc, le vêtement professionnel a de nos jour une autre place, il permet de mettre une barrière entre nous-même, notre profession et autrui : « Vous et votre personnel ne doivent pas déborder sur vos fonctions de même pour les personnes extérieures le vêtement professionnel empêche le client de franchir les limites. »
Il continue son explication en prenant l’exemple du métier d’avocat : « Lorsqu’un avocat doit défendre son client face à un mafieux par exemple, il doit s’attaquer à lui pour le mettre en prison, ce qui est dangereux. Mais caché derrière sa robe d’avocat celui-ci démontre que le mafieux n’a pas de raisons de lui en vouloir car l’avocat ne fait qu’exercer ses fonctions, ce sont ses fonctions qui parlent et ce sont elles qui sont en jeu »

« Le vêtement professionnel définit la fonction d’un individu et aide à se protéger en rappelant que nous agissons dans le cadre d’un contrat. »

Le philosophe Marc Uhry s’étend et nous raconte les deux origines mythiques de la toque pour cela, il n’hésite pas à remonter dans le temps :

  • « Au VIIème siècle avant JC chez les rois assyriens, certains rois étaient empoisonnés. Tout le monde touchait à la nourriture, il était alors donc impossible de trouver les coupables. Afin de distinguer les cuisiniers royaux, les assyriens ont décidé de leur mettre un couvre-chef qui rappelle la royauté : des toques, ressemblance à une couronne. Ainsi les rois pouvaient savoir qui avait touché à leur nourriture. » 
  • « En 1515, Henri XVIII, roi d’Angleterre aurait trouvé un cheveu dans sa soupe, lui qui avait tendance à faire tomber les têtes, aurait fait décapiter le cuisinier et par prudence, les successeurs du cuisinier auraient mis un chapeau sur leur tête pour éviter tout risque de cheveu dans la soupe du roi. »

Ainsi, grâce à ces récits des origines de la toque, Marc nous apprend que celle-ci était en premier lieu un principe de précaution

En s’amusant avec le terme VOXX Marc continue la conférence en évoquant le chef pâtissier du XIXème siècle, Marie-Antoine Carême :
 
« Marie-Antoine Carême va normaliser le blanc en cuisine. Ça aide à être distinctif, à rester propre. Le blanc montre qu’on est pure, que les aliments sont sains mais surtout cela montre une certaine maîtrise dans notre cuisine car si nous ne sommes pas tâchés c’est que l’on contrôle ce que l’on fait donc la tenue professionnelle a pour objectif de montrer l’Expertise et l’Excellence. »

Le conférencier poursuit son discours en expliquant que le vêtement professionnel et sa fonction ont un réel impact social. C’est avec l’exemple d’Escoffier (chef cuisinier, restaurateur et auteur culinaire français) qu’il développe son idée : « Escoffier a inventé la brigade et la taille de la toque qui indique le rang du chef de cuisine, il rationalise les tâches dans la même période de l’industrialisation du reste de la société, ce que Marx appelle la prolétarisation, c’est-à-dire que l’individu est divisé de lui-même car il est affecté à des tâches répétitives, il ne maîtrise plus l’ensemble de la production. »
Pourtant ce n’est pas que négatif, le philosophe continue et commente que cette rationalisation des tâches est tout de même compensée par le fait collectif qu’est le vêtement : « on est une équipe, le fait d’avoir la tenue en commun, ça rassemble, nous ne sommes pas des individus mais on est des maillons d’une équipe, aussi bien en salle qu’en cuisine, comme au football finalement, l’amour du maillot… »

Pour finir, Marc nous éclaire sur le rôle et le comportement que nous devrions avoir en portant ce vêtement professionnel. Selon lui, le vêtement professionnel nous donne la liberté de nous réinventer dans un système de contraintes qu’est le travail, où nous allons devoir amener de la personnalité et nous démarquer.

« Comment je peux m’inventer et continuer à être ce que je suis dans un système de contraintes dont je me sers comme support ? 

Marc a un seul conseil à nous donner : « Amusez-vous ! »

Merci Marc pour cette entrevue plus qu’enrichissante ! Nous vous souhaitons une bonne continuation et au plaisir de vous revoir prochainement parmi-nous !

 

 

English version

On Tuesday, 23, October, we had the pleasure to welcome Marc Uhry at the Laboratoire du Service for a VOXX Conference (Voice of expertise and excellence)

Marc Uhry, the philosopher expert in the human right with the Un and former director of the Foundation Abbé Pierre in Europe came to talk about the professional clothing, thematic very crucial for our students who are already wearing their new uniforms.

It is with humour and with many historical and current anecdotes that Marc told us the origin, the role and the place of the professional clothing:

In the middle age, the clothes were an element of distinction of the social groups between them. Corporations that govern the collective life (mason, butcher and cooks) and corporations have distinctive clothes that say their social rank, which organize their protection. The clothing governed the whole social order

He adds telling that nowadays: the professional clothing helps to create a distance between the person, one’s job and the exterior; it helps to protect the person as well as the interlocutor: “You and your personal life must not overstep your function and vice-versa with the external world”.

He took the example of the lawyer profession: “When a lawyer has to defend his client in front of a powerful Mafiosi for example, it is dangerous. However with his lawyer’s robe, he proves his functions and show to the Mafiosi he does not have to lash out at him because he is just doing his profession.

“The professional garment defines the function of an individual and helps to protect oneself by reminding us that we are under a contract."

The philosopher Marc Uhry also told us the two mythical origins of the chef’s hat and did not hesitate to go back in time:
  • In the seventh century before Jesus Christ among the Assyrian kings, some of them were poisoned. At this time, everyone touched the food, it was impossible to find the culprits. In order to distinguish the royal cooks, the Assyriens decided to put on them a headdress reminiscent of royalty: chef’s hat, resemblance to a crown. The Kings could now know who touched their food
  • In 1515, Henry XVIII, king of England would have found a hair in his soup and had a tendency to bring down the heads, he would have beheaded the cook and for prudence, the successors of the cook would have put a hat on their head to avoid any risk of hair in the soup of the king.”

Thereby, thanks to these stories of the origins of the chief’s hat, Marc teaches us that the chief’s hat was first a precautionary principle

Marc Uhry had fun with the term VOXX (Voice of expertise and excellence), he continued mentioning the pastry chef and of the nineteenth century: Marie-Antoine Carême, "Marie-Antoine Carême normalized the white clothes in the kitchens. It helps to be distinctive, to stay clean. The white shows that we are pure, that food is healthy but above all it shows a certain mastery in our kitchen because if we are not stained is that we control what we do that is to say the professional garment aims to show the Expertise and Excellence. "

 
The lecturer followed his discourse explaining that the professional clothing and its function have a major social impact: « Escoffier invents the brigade and the chief’s hat size which indicates the chef's rank in the kitchen, he rationalizes the tasks. Moreover, the invention of the brigade was part of the same period of industrialization of the rest of society, what Marx called proletarianization, that is to say that the individual is divided by himself.”

Yet it is not only negative, Marc explained: "The rationalization of the tasks that divide individuals from themselves is compensated by the collective fact by the clothing. We are a team, the fact of having the same professional clothing in common, it brings together, we are not individuals but we are links of a team, in the restaurant wall as well as in the kitchen; same than in football finally, the love of the jersey

 
Finally, Marc enlighten us on the role and behavior that we should have with this professional clothing, according him, it gives us the freedom to reinvent ourselves in a system of constraints that is work where we will have to bring personality, bring a little of ourselves and stand out. 

 
“How can I invent myself and continue to be what I am in a system of constraint that I use as support?”

 
Marc has one advice to give to us: “Have fun!

Thank you Marc for this lecture more than enriching! We wish you a good continuation and see you again among us!

Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.